A la unePolitique

Régionales : Frédéric Augis mènera la droite en Indre-et-Loire

Alors que les élections régionales doivent se tenir les 13 et 20 juin prochains (sous réserve de report pour cause de Covid), les lignes politiques s’éclaircissent. A gauche, deux listes principales seront en lice au premier tour. Une conduite par le président socialiste sortant François Bonneau, avec l’appui du PS et du PCF, de l’autre celle conduite par l’actuel vice-président écologiste, Charles Fournier, qui emmène avec lui les écologistes mais aussi les Insoumis ou encore Génération.s. A droite, Nicolas Forissier emmènera la liste au niveau régional, tandis que sur l’Indre-et-Loire c’est le maire de Joué-lès-Tours, Frédéric Augis qui sera la tête de liste, avec la ferme intention de faire basculer une Région, dirigée par les socialistes depuis 23 ans…

En 2018, il avait quitté le parti Les Républicains, après en avoir dirigé l’instance départementale en Indre-et-Loire. A l’époque Frédéric Augis déclarait préférer se concentrer sur l’action politique locale et l’échelon de proximité, à commencer par sa ville de Joué-lès-Tours qu’il dirige depuis son élection comme maire en 2014.

Trois ans après et une seconde élection à la tête de Joué-lès-Tours plus tard, Frédéric Augis replonge dans le grand bain politique et politicien en prenant la tête de la liste départementale pour les élections régionales sur la liste Les Républicains menée par Nicolas Forissier. Rien de contradictoire entre ces deux moments de sa vie politique pour Frédéric Augis qui place son engagement dans les élections régionales sous le sceau de l’engagement territorial justement.

Un retour politique sur demande de Nicolas Forissier

Ce retour de Frédéric Augis dans sa famille politique tient beaucoup à la personnalité de Nicolas Forissier, nous dit-il également. Et quand on l’interroge pour savoir si son engagement aurait été le même si Guillaume Peltier avait mené la droite comme prévu initialement, le maire de Joué-lès-Tours préfère répondre au sujet de l’actuelle tête de liste, dont il parle en termes élogieux : « Nicolas Forissier est une bonne tête de liste qui fera un très bon président de la Région car il sait faire le consensus. »

« Je n’avais pas l’intention d’être la tête de liste pour le département, mais Nicolas Forissier me l’a proposé et j’ai accepté » poursuit encore Frédéric Augis pour expliquer son engagement.

Reste la question du cumul des mandats pour celui qui est aussi vice-président de Tours Métropole délégué aux Espaces publics, à la propreté urbaine et aux parcs d’activités économiques métropolitains. « Je ne souhaite pas briguer une vice-présidence à la Région » affirme-t-il, « je suis là pour faire gagner un collectif. » Reste qu’avec trois mandats en cas d’élection, cela fera forcément parler, même si Frédéric Augis n’est pas le seul dans ce cas. Ce dernier nous indique par ailleurs démissionner de son travail d’attaché parlementaire auprès de la Sénatrice Isabelle Raimond-Pavero dès la fin du mois de mars.

« Faire avancer la Touraine »

L’objectif premier de Frédéric Augis selon ses propres termes dans cette campagne et dans le mandat à venir en cas d’élection c’est de « faire avancer la Touraine » au sein d’une Région qui a pu avoir par le passé des relations plus ou moins distantes avec les exécutifs locaux tourangeaux, Métropole en tête. « Il faut que l’Indre-et-Loire pèse plus. Il y a des dossiers en stand-by à la Métropole car c’est à la Région que cela se décide, or cela n’avance pas » attaque-t-il en citant les questions de l’aéroport ou des ordures ménagères dont les taxes vont augmenter faute de solution alternative à l’enfouissement des déchets, tel que pratiqué encore en Indre-et-Loire. « Sur ce sujet on paye 10 ans de non-décisions et non-accords avec la Région pour des questions de querelles idéologiques » affirme encore l’élu de droite.

« Je n’attaque personne mais défend une vision et un projet » enchaine-t-il dans la foulée, non sans juger « une majorité en place vieillissante qui a fait son temps. »

La solution à ce nouveau dynamisme qu’il appelle de ses vœux, passe par « les territoires » pour Frédéric Augis : « La Région est aujourd’hui une structure abstraite qu’il faut reconnecter aux territoires car nous avons besoin de la Région qui pilote de nombreuses compétences importantes. »

Print Friendly, PDF & Email