A la unePhotos

[Permission de sortie] De Courteline à La Riche sous un soleil couchant

 

 

Jusqu’au 1er décembre minimum nous voici contraints de rester dans un rayon d’1km autour de la maison quand on veut s’aérer. En plus la balade ne doit pas dépasser 1h. Très restrictif ? Evidemment. Mais ne peut-on pas en profiter pour découvrir à fond un secteur que l’on ne connait peut-être pas aussi bien que ce qu’on prétend ? A l’occasion du reconfinement automnal anti-Covid, la rédaction de 37 degrés fait l’expérience. Premier épisode du côté du côté du quartier Courteline à Tours.

Ce quartier s’est construit historiquement autour de l’axe formé par les rues Courteline et Lamartine. Nous avions déjà eu l’occasion de vous conter une balade dans sa partie ouest à l’occasion de journées du patrimoine. Pour cette balade autorisée c’est donc en direction de l’est du quartier, à partir de la rue Léon Boyer que nous décidons de nous tourner.

La rue Léon Boyer sépare les rues Lamartine (à l'ouest) et Courteline (à l'est)
La rue Léon Boyer sépare les rues Lamartine (à l'ouest) et Courteline (à l'est)

Les rues Courteline et Lamartine ont toujours été des rues commerçantes, elles le restent aujourd’hui, même si les devantures ont changé. Le dernier boucher est parti il y a deux ans, des boulangeries subsistent ainsi que des salons de coiffure ou encore des activités de service comme cette agence immobilière qui a gardé néanmoins une trace d’une ancienne activité sur le mur…

IMG_3059

La rue Lamartine garde également des habitations anciennes, à pans de bois. On en retrouve plusieurs le long de la rue qui colorées par le soleil, ne laissent pas le regard indifférent.

IMG_3209

La balade est aussi l’occasion de découvrir le passage récent de l’artiste Mifamosa qui pixelise les noms des rues et que nous vous avions présenté en 2018.

IMG_3060

Le quartier est composé d’un tissu urbain dense, non dépourvus de grands immeubles. Au nord, sur les bords de Loire, il y a bien sûr ceux du Champ de Mars (relire notre article sur l’histoire du Champ de Mars ici), mais aussi près de l’hôpital Bretonneau, l’étonnante résidence Lamartine composée de de 252 logements et à l’architecture singulière. Erigée à la fin des années 80, elle symbolise un tournant dans les politiques publiques en termes de logements sociaux. A cette époque Tours Habitat (alors Opac de Tours) a tourné la page des grands ensembles des années 70 et entame une série d’ensemble immobiliers plus modestes par leur taille.

IMG_3082
IMG_3085

En face de la résidence Lamartine, on trouve l’Hôpital Bretonneau, lieu de beaucoup de regards avec la crise sanitaire. Ce dernier fait partie intégrante du quartier, ne serait-ce que par l’emprise foncière de ses bâtiments.

IMG_3090

La balade nous conduit rapidement dans la commune de La Riche, séparée de Tours par le boulevard Tonnelé et le jardin Botanique. Ce dernier constitue d’ailleurs un point de sortie apprécié cela va sans dire des familles et habitants des quartiers voisins, larichois ou tourangeaux. D’ordinaire, nous nous serions nous même arrêtés ici, prenant notre heure autorisée pour se poser et profiter de cet espace de verdure. Mais bon, poursuivons pour les besoins de cette chronique. Une fois traversé le Botanique, nous voici donc à La Riche.

IMG_3096
IMG_3099

La Riche, ancien faubourg de Tours et ville de varennes qui a connu un gros développement depuis les années 60 passant de 6000 habitants à 11 000 aujourd’hui. Un accroissement démographique qui a modifié le visage de la commune qui a gardé néanmoins une trame urbaine composée de beaucoup de petites rues plutôt étroites qui se confrontent à des zones pavillonnaires ou encore des immeubles surplombant les maisons particulières.

IMG_3114
IMG_3108
IMG_3111

1km cela passe vite, nous voilà déjà à la limite de notre zone autorisée. Au loin l’église et l’Hôtel de Ville de la Riche, centre de la commune. De l’autre côté de la rue de la Mairie, la place Sainte-Anne au loin. On a encore un peu le temps pour se balader, on continue donc notre route en remontant vers la Loire, à travers d’autres petites rues larichoises. L’occasion encore une fois de voir l’entrelacs urbanistique de cette ville avec des constructions aux styles qui suivent leurs époques : des maisons individuelles aux immeubles rectangulaires sans fioritures des années 60-70, à ceux aux formes moins brutes des années 80-90… Le visage de la Riche s’exprime ainsi entre commune de cœur d’agglo mais déjà périurbaine…

IMG_3118
IMG_3119
IMG_3123
IMG_3127

Nous voilà près des bords de Loire. Comme souvent, ceux-ci restent difficilement accessibles. Sur la partie de la ville de la Riche située entre le périphérique et la commune de Tours, c’est simple, ce passage piétons est le seul accès possible. A l’ouest, la 4 voies automobile empêche tout franchissement. A l’est, l’avenue Proudhon fait office de frontière. Le poids de l’aménagement des dernières décennies centré sur la voirie automobile, mais aussi un rappel du fait que si les populations au cours de l’Histoire se sont sédentarisées et ont développé la plupart des zones agglomérées près des cours d’eau pour bénéficier de leurs avantages et richesses, elles ont aussi et surtout par ailleurs essayé de s’en protéger avec des obstacles comme des digues en cas de crues.

IMG_3131
IMG_3145
IMG_3151
IMG_3150

Nous longeons donc des bords de Loire, peu adaptés, en direction de Tours. L’occasion de passer devant la Cité des Bords de Loire, construite entre 1926 et 1930 par l’office public des HBM (habitations bon marché), l’ancêtre des offices HLM, qui a édifié à cette époque plusieurs cités-jardins sur le modèle des cités ouvrières. La cité des bords de Loire réalisée par l’architecte Hector Caignart de Mailly, est d’ailleurs celle qui ressemble le plus a une cité ouvrière avec un plan en carré, des habitations placées autour d’une place centrale et des jardins à l’arrière. Très ressemblante à la cité Mame, cet ensemble regroupe 93 logements mais seulement 21 pavillons individuels. Comme la première elle est refermée sur elle-même, sentiment renforcé par les murets et le pavillon qui marquent son entrée du côté des bords de Loire.

IMG_3160
IMG_3170

Retour quartier Lamartine-Courteline avec le boulevard Preuilly dont la partie ouest a connu des mutations ces dernières années avec le projet Mame, couplé à l’érection de nouvelles formes de logements collectifs, faisant face à des habitats plus anciens.

IMG_3188

Il est l’heure de rentrer. Dernière photo pour la route car on ne se lasse pas du soleil tombant, venant caresser le tuffeau…

IMG_3207
Print Friendly, PDF & Email