A la uneCulture

Partage-moi une histoire

Les contes rythment l’enfance. On se souvient tous du capuchon du petit chaperon rouge ou de la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel.  Ils font travailler l’imagination des plus petits et rendent nostalgiques les adultes. Durant cinq jours, le festival Raconte-moi une histoire organise des rencontres autour de la lecture.

« Il était une fois… » Les yeux pétillants, petits et grands écoutent avec attention Dominique Favris raconter une histoire. Pourtant, aucun livre n’est présent entre ses mains. Ici les contes sont mis en scène grâce à un théâtre d’images appelé Kamishibaï. À travers un cadre en bois, Dominique, bibliothécaire et conteur d’un jour, fait défiler les images illustrant l’action des personnages. Les enfants peuvent admirer un ours blanc sur une banquise toute blanche. Sur l’image, les enfants ne peuvent voir que le bout de son museau. Au fur et à mesure que les planches de dessins défilent, les couleurs apparaissent et les enfants découvrent l’animal. Emportés par le conte, les petits n’hésitent pas à interagir, applaudir et surtout à sourire.

 

Raconte-moi une histoire est de retour pour sa 19è édition. Il finira en beauté samedi prochain par un spectacle pour les âges. Comme tous les ans, ce festival propose durant une semaine des lectures publiques, des ateliers et des spectacles pour les enfants dans les quartiers sud de Tours. Un exercice pas toujours simple pour les nombreux bénévoles : « C’est la première fois que je lis pour les moins de trois ans. Ce n’est pas un public facile, explique Dominique Favris. Ils bougent beaucoup mais ça ne veut pas dire qu’ils n’écoutent pas. » Pour parvenir à capter leur attention, rien de mieux qu’un piano et une guitare pour accompagner les histoires. A la fin de la séance de lecture, c’est tous en coeur qu’ils reprennent pirouette cacahuète.  

Bien loin d’être une garderie, le festival invite aussi les familles à venir voir leur enfant s’amuser à travers la lecture. Ce sera peut être l’occasion pour les parents de partager un moment privilégié avec leur enfant autour d’un conte.

Le super pouvoir des contes

Les bénévoles le savent : certains enfants n’ont pas de livres chez eux. Les parents n’ont pas toujours le réflexe de se rendre dans une librairie ou une bibliothèque. Pourtant les contes peuvent contribuer à l’épanouissement d’un enfant. « Parfois il y a des histoires qu’ils vont avoir envie d’entendre plusieurs fois. Lorsque le quotidien d’un enfant est fragilisé, c’est important pour lui d’entendre toujours les mêmes mots, de voir les mêmes images. Cette stabilité les aide, surtout quand ils ne dorment pas là où ils en ont l’habitude », souligne Christine Barbier, membre de l’association Livre passerelle.

Initié par l’association Livre passerelle, cet événement réuni un bon nombre de partenaires culturels et de la petite enfance. L’objectif est de lutter contre l’illettrisme et toutes les formes de discriminations. « On propose des lectures à des gens qui ne savent pas forcément lire, des enfants et parfois des adultes illettrés. L’avantage d’un album jeunesse, c’est qu’au bout de quelques minutes, on a fait le tour d’une histoire… contrairement à un roman qui va demander beaucoup plus de temps », raconte Christine Barbier.

Il ne faut pas oublier que tous les participants ne maitrisent pas la langue française. Les associations ont réfléchi au meilleur moyen d’apprendre rapidement une langue. Christine Barbier précise : « Le bain de langage est le plus important. Les tous-petits apprennent en écoutant. » Le lien entre le texte et les images vient compléter cet apprentissage. Il augmente l’intérêt et la compréhension du spectateur.

Une des autres priorités de Livre passerelle est de favoriser la mixité sociale. Bien que les rencontres se concentrent dans les quartiers sud de Tours, l’association espère que certains événements, comme le spectacle sur l’île Balzac, attire un public plus large. Quoi qu’il arrive, les rires des enfant seront certainement présents.

Un degré en plus : Rendez-vous sur l’île Balzac samedi 15 juin dès 16h pour le spectacle : La légende de Bavassouille

Anaïs Draux et Hugo Checinski

Print Friendly, PDF & Email