A la unePolitique

Municipales à Tours : Accord trouvé entre Christophe Bouchet et Benoist Pierre 

 

EDIT (lundi 1er juin à 12h) : Dans un communiqué Christophe Bouchet et Benoist Pierre confirment leur accord et convient les médias à un point presse ce mardi 02 juin pour le détailler.

Alors que le dépôt des listes pour le 2e tour des élections municipales en Préfecture doit se faire avant le mardi 02 juin à 18h, à Tours Benoist Pierre et Christophe Bouchet discutent toujours en vue d’un accord pour une liste commune.

C’est un secret de polichinelle, depuis l’annonce de la tenue du 2e tour des élections municipales le 28 juin prochain, les choses s’agitent en coulisses à Tours. Si à gauche, Emmanuel Denis (35,46% des voix) a rapidement fermé la porte (dès le lendemain du 1er tour qui s’est tenu le 15 mars) à une union avec la liste « C’est au Tour(s) du Peuple » de Claude Bourdin qui avait obtenu 5,54% des suffrages exprimés, du côté des listes conduites par Benoist Pierre (12,67%) et Christophe Bouchet (25,62%) les discussions vers un accord suivent leurs cours.

Ces derniers jours, les deux parties se sont rencontrées à plusieurs reprises et une union serait selon nos informations proche d’aboutir. Les deux listes devraient donc fusionner et on se dirigerait dès lors vers un duel Christophe Bouchet et Emmanuel Denis.

Union naturelle ou de circonstance ?

Christophe Bouchet

Christophe Bouchet n’a jamais caché sa sympathie envers Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe. Tout en gérant la ville avec une majorité de droite, le maire sortant, membre du Parti Radical, a toujours affiché une position centriste sur l’échiquier politique, ne manquant pas de signer des tribunes aux côtés d’autres élus nationaux en soutien à la politique du gouvernement. A l’été 2019 il avait même tenté d’obtenir l’investiture LREM face à Benoist Pierre, en vain. Il faut dire qu’en local, il avait dû faire face à une opposition franche des Marcheurs locaux et un Benoist Pierre lui reprochant notamment sa méthode de travail et le manque à ses yeux de politique participative dans l’action menée par la majorité en place depuis 2014.

Oui mais depuis, les résultats du 1er tour ont parlé. Avec 12,67%, Benoist Pierre et ses colistiers, même qualifiés pour le 2nd tour sont distancés et ne semblent plus être en mesure de l’emporter.  Benoist Pierre qui voulait incarner une 3e voie, entre Christophe Bouchet et Emmanuel Denis n’avait donc plus que deux options : celle du rapprochement politique avec l’espoir de l’emporter et de siéger dans la future majorité ou alors celle de jouer sa carte à fond, sans grandes chances de victoires et donc d’incarner cette 3e voie dans l’opposition, sans pouvoir agir (ou alors à la très grande marge) sur la gestion de la ville.

La crise est aussi passée par là…

Benoist Pierre

Pour l’heure, personne ne souhaite trop en dévoiler, préférant garder le contrôle sur le tempo de la communication. L’annonce arrivera dès ce mardi certainement, dernier jour pour déposer les listes en Préfecture. Ce que l’on sait, c’est que la crise liée au coronavirus a semble-t-il fait infléchir les positions de départ. En coulisses, certains avancent même le terme « d’union sacrée » pour faire face à la crise et ses répercussions, en prenant pour exemple le travail mené ces dernières semaines au sein de l’actuel conseil municipal où les élus d’opposition membres de LREM ont travaillé de concert avec la majorité de Christophe Bouchet. Une union pour gérer la crise sur la base d’une convergence programmatique, voici ce qu’on nous répond quand on interroge sur les discussions en cours. « L’ordre des priorités a changé avec la crise, il faut se montrer responsables, le jeu politicien n’est pas d’actualité » nous dit-on en off, tout en insistant sur le fait que cette union ne serait pas « de contre-nature » mais plutôt « pragmatique » et pouvant « parfaitement fonctionner en respectant la représentativité de chaque groupe originel » en cas de victoire.

Forcément un jeu de chaises musicales sur la liste

Cette représentativité est une question importante. D’une part car pour accueillir de nouveaux colistiers Christophe Bouchet doit « sacrifier » des noms sur sa liste du 1er tour et de faire autant de déçus. Au regard des résultats du 1er tour et des forces en présence, on peut estimer que Benoist Pierre a cherché à négocier une 15aine de places sur la liste d’union. On peut parier aussi que la question des personnes ait été au centre des débats : Quid ainsi de Barbara Darnet-Malaquin, 2e sur la liste de Benoist Pierre qui avait quitté la majorité actuelle fâchée avec Christophe Bouchet et qui depuis ne machait pas ses mots envers ce dernier ? D’autres proches du candidat investi par LREM pourraient être aussi dans la balance : Gérard Chautemps, Arnaud Roy, Tiphaine de Toury, ou encore les anciens proches de Jean Germain : Jean-Jacques Place, Jean-Pierre Tolochard…

Au-delà de la question des personnes, pour Benoist Pierre et ses colistiers rejoignant Christophe Bouchet, il y aura aussi le besoin d’exister et de ne pas se faire simplement absorber, s’ils veulent continuer à incarner un projet politique « de 3e voie ». Il y a quelques semaines, lors d’une interview, Benoist Pierre, se montrait clair à ce sujet, exprimant la possibilité de continuer à mener cette 3e voie au sein d’une majorité composite avec le maire sortant.

Avec deux listes sur un espace politique proche, face à une liste de gauche partie rassemblée avant le premier tour, les chances de victoires pour Christophe Bouchet et Benoist Pierre étaient faibles en cas de triangulaire. Avec un duel, les choses peuvent se passer différemment (d’autant plus avec l’inconnue qu’est l’abstention) et cette carte semble la seule possible pour espérer remporter la mairie face au candidat écologiste Emmanuel Denis. Encore faudra-t-il convaincre les électeurs de la sincérité de cette union, au-delà de l’aspect comptable et électoraliste évident.

Print Friendly, PDF & Email