A la unePolitique

Municipales à Tours : Premier débat animé entre Emmanuel Denis et Christophe Bouchet

(c) Radio Béton

D’ici le 28 juin et le 2e tour de l’élection municipale, les deux candidats en lice à Tours, Christophe Bouchet et Emmanuel Denis vont débattre à 4 reprises. Le premier round se tenait ce mardi soir sur Radio Béton.

La campagne du 2e tour des élections municipales est entrée dans sa phase officielle à moins de deux semaines du scrutin. A Tours, le duel entre le candidat écologiste Emmanuel Denis, menant une liste d’union de gauche et arrivé en tête au premier tour, et le maire sortant Christophe Bouchet, membre du Parti Radical conduisant une liste allant de LREM aux Républicains, est attendu et scruté par beaucoup de regards locaux ou nationaux.

Pour convaincre un maximum d’électeurs, les deux têtes de liste sont reparties en campagne il y a quelques semaines déjà. Une campagne qui s’accélère avec le début de la campagne officielle. Pour convaincre les électeurs, Christophe Bouchet et Emmanuel Denis ont notamment 4 débats au programme organisés par des médias (TV Tours, France 3, France Bleu et Radio Béton). Premier à lancer ces duels, Radio Béton, qui a diffusé la première partie de son débat ce mardi soir (la deuxième partie sera diffusée samedi à 12h). Un premier débat où chaque candidat a tenté de renforcer ses positions.

Pour écouter le débat, il est disponible ici

La crise en introduction

« La crise a-t-elle avantagé l’autre candidat ? » C’est par cette question taquine de l’animateur Pascal Robert, que ce premier débat entre Emmanuel Denis et Christophe Bouchet a débuté sur les ondes de Radio Béton.

Si aucun candidat ne s’est risqué à un pronostic et s’est gardé de dresser une réponse tranchée à cette première question, tous deux étaient d’accord pour dire que la pandémie a changé les choses et les attentes. Un constat identique mais des réflexions différentes. Si Christophe Bouchet évoque un programme amendé avec de nouvelles priorités comme la santé, Emmanuel Denis de son côté assure ne pas changer son projet politique pour la ville, car déjà en phase selon lui avec ce que la crise a révélé: maintien de services publics de qualité ou le développement de l’alimentation locale.

Les mobilités comme thème phare du débat

Gros morceau de cette première partie du débat : les mobilités. Sur ce thème, les deux hommes sont sur des constats assez proches : il faut revoir et accompagner les changements dans les mobilités qui s’opèrent.

Si le constat est similaire, les propositions sont là encore différentes. Sur la deuxième ligne de tramway, pour Emmanuel Denis, « ce serait un mauvais signal de la remettre en cause. »

A l’inverse, Christophe Bouchet a modifié sa position par rapport au premier tour. « La sortie de crise va être terrible, encore plus pour la Métropole. Il y aura beaucoup de manques à gagner. J’ai la conviction forte que l’on ne pourra pas financer la ligne 2 du tramway comme on l’avait imaginée. » se justifie-t-il. Pour le maire sortant, le prochain mandat devra ainsi mettre l’accent sur la partie « Trousseau – gare de Tours » et remettre les autres à plus tard (ceux vers La Riche, Saint-Pierre-des-Corps…).

D’un point de vue plus global, Christophe Bouchet avance notamment les problématiques de liaisons entre Tours et l’est du département (Montlouis, Vouvray, Amboise…) à améliorer, alors que les flux sont nombreux.

Un constat partagé par Emmanuel Denis qui en a profité pour relancer l’idée d’une halte ferroviaire à Verdun et celle du développement du tram-train à long terme vers le reste du département. Le développement du réseau du tramway dans le prochain mandat en serait donc la première étape qu’il pense pouvoir financer notamment grâce à l’apport de fonds européens ou du Plan Etat-Région.

La question de la place du vélo a été assez longuement évoquée également. Du côté d’Emmanuel Denis, ce dernier a rappelé son projet de Réseau Express Vélo, c’est-à-dire la création d’itinéraires dédiés sur tout l’agglomération. Des sortes d’autoroutes à vélos qui sont pour le candidat écologiste « une vraie alternative efficace à l’automobile avec des voies sécurisées et dédiées permettant d’aller d’un point A à B rapidement et en sécurité. »

Christophe Bouchet s’appuie de son côté sur le plan vélo validé à Tours Métropole qui est en charge des mobilités et « dans lequel on s’est engagé à réaliser plusieurs dizaines de kilomètres sur la commune. »

Pour le candidat du parti radical il convient notamment d’améliorer les articulations comme les carrefours et les ronds-points, lieux de rupture en général pour les cyclistes.  D’un point de vue général, Christophe Bouchet insiste sur le besoin de cohabitation des modes de transports, y compris la voiture.

Dernier gros point abordé dans les mobilités : la question de l’aéroport, un sujet d’ordinaire clivant avec notamment la question des subventions publiques à la plateforme. Pour Christophe Bouchet, la question ne semble pas tranchée. « Je ne pense pas qu’il faille regarder le sujet ainsi, la question c’est comment générer de l’argent pour l’aéroport ? » s’est-il interrogé alors qu’il a toujours défendu le développement de l’aéroport tourangeau, perçu comme une source d’attractivité du territoire.

Sans surprises, Emmanuel Denis a lui rappelé son opposition aux subventions aux compagnies aériennes et aux passagers comme c’est le cas actuellement et a rappelé son principe de « ne pas faire de concurrence au train », c’est-à-dire de ne pas développer de lignes sur des destinations déjà desservies par le rail.

Les rois de piques…

Enfin, que serait un débat politique sans son lot de petites phrases et de piques envoyées à l’adversaire ? Le débat de Radio Béton n’a pas manqué à la règle et fut animé entre un Emmanuel Denis plutôt offensif, lançant les premières escarmouches et un Christophe Bouchet d’abord dans une stratégie de sage, prenant un ton presque professoral, mais retombant finalement dans le duel à fleuret moucheté avec son adversaire politique du moment…

Quel bilan ?

Quel bilan faire de ce débat ? A croire les posts et messages sur les réseaux sociaux, les partisans de Christophe Bouchet ont trouvé que leur candidat avait fait un bon débat, saluant les petites phrases envoyées à son opposant, le déroulé du projet politique… Les partisans d’Emmanuel Denis ont eux trouvé que c’était l’exact contraire et que leur candidat a dominé le débat… Pure logique derrière laquelle il ne faut pas trop s’attarder. Ce qui ressort de ce débat en face à face, c’est surtout l’opposition entre deux projets et deux visions différentes de la gestion de la ville ces prochaines années. Alors que l’effacement des lignes politiques était une tendance de ces dernières années, cette élection municipale ravive une certaine dualité de ces mêmes lignes et en ce sens, les Tourangeaux auront à faire un véritable choix le 28 prochain.

Print Friendly, PDF & Email