A la unePolitique

Longueurs éternelles au Conseil Municipal de Tours

01h30, après près de 8h30 de débats, le conseil municipal de la ville de Tours s’achève ce lundi soir. Une nouvelle fois, les élus auront fait trainer les discussions en longueur, s’enfermant parfois dans des postures plus que sur des arguments de fond. Pourtant il y a 4 mois de cela, lors du premier conseil de la mandature, tous paraissaient unanimes pour ne pas tomber dans « le théâtre municipal ».

On dit d’ordinaire que le premier temps fort d’un mandat, celui ou les visions politiques entre oppositions et majorité municipale s’expriment pleinement est le débat des orientations budgétaires. A Tours, il n’aura pas fallu attendre jusque-là pour que les oppositions entre les différents groupes politiques se fassent au grand jour. Quoi de plus sain peut-on se dire, car c’est à près tout l’expression de la démocratie et de la représentation des urnes qui s’exprime à travers celles et ceux que les citoyens ont envoyé siéger dans l’instance municipale.

Oui mais d’un autre côté, en observateurs de la politique locale, conseil après conseil, on se dit que quelque-chose coince, comme un disque rayé qui ne sortirait plus de musique agréable à écouter.

Il faut s’accrocher en effet pour tenir la longueur de ces conseils où pourtant beaucoup de choses se jouent. Ce lundi, il a notamment été question de la deuxième ligne du tramway, de la crise sanitaire et son impact sur les commerces, d’une maison pluridisciplinaire de santé aux Rives du Cher… Des sujets importants voire majeurs et impactant pour la ville et ses habitants dans les prochaines années.

Lire nos articles dédiés à ces sujets sur Info Tours

A suivre l’intégralité du conseil municipal de ce lundi soir, on ne peut que se dire que l’encadrement du temps de parole des élus lors des débats du conseil permettrait de gagner en efficacité. Encore une fois, le conseil de ce lundi a trop duré, s’éternisant par moments en échanges stériles et politiciens, entre petites piques et réponses guère mieux senties.  Dommage, d’autant plus qu’une autre partie des débats fut plutôt de bonne tenue et le seraient encore plus sans les à-côtés parasitant la clarté des discussions et donc de la politique municipale.

C’est en partie pour résoudre cette problématique que la majorité municipale a proposé d’inscrire au règlement intérieur des élus, des notions de temps, encadrant les prises de parole. Attention, il ne s’agit pas ici de limiter le temps stricto-sensus, chose toujours compliquée à faire passer face à une opposition qui tient à sa parole, mais plutôt d’être incitatif. En clair : Il est demandé (et non imposé) aux élus de respecter désormais une règle tacite de prise de parole de 10 minutes maximum par intervention.

On peut se demander en effet si la démocratie locale et municipale n’y gagnerait pas à voir des débats moins longs et plus construits. Il n’est pas question ici, d’enlever toute opposition, ni d’échanges, encore moins de débats, car ceux-ci nourrissent la démocratie, mais de mieux les encadrer pour rendre les conseils municipaux plus digestes et surtout plus audibles pour les habitants. Ceci constituerait déjà un premier pas important pour que les électeurs retrouvent confiance en la démocratie locale…

Print Friendly, PDF & Email