A la uneSociété

L’inquiétude demeure pour les bars et restaurants

Deux semaines après la réouverture des bars et restaurants, l’inquiétude reste de mise pour ce secteur économique important. Entre règles de distanciations sociales contraignantes, reprise timide de l’activité et absence des touristes… difficile de se projeter sereinement sur l’avenir.

Avec un manque à gagner évalué à 13 milliards d’euros depuis le début du confinement sur l’ensemble du secteur, la restauration fait partie des domaines subissant le plus la crise économique. Pour mesurer l’ampleur, un chiffre régulièrement répété par certains professionnels au niveau national, à l’instar du chef Philippe Etchebest : 30% des établissements seraient en risque de faillite.

Pour Laurent qui travaille dans une brasserie du centre de Tours : « On fait actuellement 40% du chiffre d’affaires habituel. Après trois mois de fermeture, c’est difficile, heureusement on a pu bénéficier d’aides de l’Etat, mais c’est de la perfusion et surtout des emprunts qu’il faudra rembourser. »

« Difficile d’être rentables en ce moment »

Ce dernier, espérait qu’Emmanuel Macron annonce dimanche soir un assouplissement des règles de distanciation sociale. « Avec la moitié des tables, c’est difficile d’être rentables et là depuis le 02 juin, on ne peut pas dire que le temps soit de notre côté » poursuit-il quand on évoque les terrasses bien remplies ce soir-là avant de faire remarquer : « Et regardez à l’intérieur, il n’y a pas grand monde, les gens sortent en terrasse, mais sont encore hésitants pour le reste. »

Depuis le 02 juin, les terrasses du Vieux-Tours ont en effet repris vie et les soirs en week-end, nombre de Tourangeaux affluent pour profiter d’un moment convivial en famille ou entre amis, ainsi que des charmes de la vie qui a repris son cours après de longues semaines de confinement.

La semaine en revanche, la foule est plus clairsemée, même si venir manger au restaurant ou boire un verre dans les bars fait office pour certains Tourangeaux de solidarité.  « D’habitude je rentre manger chez moi tous les midis, mais là plusieurs fois par semaine avec mes collègues on va au restaurant, c’est une façon de soutenir le commerce local », nous explique ainsi un passant croisé dans le Vieux-Tours. Cette clientèle hyper locale est aujourd’hui indispensable face à l’absence de touristes, l’autre tranche de la population faisant vivre d’ordinaire la belle saison.

L’absence de touristes se fait sentir

Outre les règles de distanciation sociale, obligeant à des jauges limitées en intérieur, le manque de touristes est effectivement un problème. C’est le cas particulièrement dans les villes qui vivent des monuments comme les châteaux comme Azay-le-Rideau, où les commerces souffrent de l’absence de touristes, d’ordinaire nombreux en cette saison. Dans un restaurant du centre-ville, on indique ainsi une reprise timide depuis la réouverture et des services au ralenti. D’ailleurs l’ensemble du personnel n’est pas encore revenu, faute d’activité suffisante. Beaucoup attendent également la réouverture du château ce lundi 15 juin, restaurateurs mais aussi petits commerces du centre, même si là encore, beaucoup savent que la saison touristique sera forcément mitigée cette année.

Print Friendly, PDF & Email