L'actualité Tourangelle à la bonne température
A la unePortraits

Lilian Bardet : le petit prodige du tennis de table

En s’imposant aux championnats de France Junior ce week-end, Lilian Bardet, jeune espoir du tennis de table français, a confirmé un peu plus tout le bien que les spécialistes pensent de lui,. Un titre national qui vient compléter ceux déjà nombreux remportés dans les différentes catégories jeunes et qui pourrait anticiper ceux à venir chez les séniors.

img_0253

La petite balle sur la table, Lilian Bardet a appris à l’apprivoiser depuis ses 7 ans. L’âge où le virus du « ping-pong » l’a attrapé, un jour d’un tournoi découverte où il était venu accompagner son père et son grand frère, alors joueurs à la 4s Tours. « Il avait quelque chose de particulier, on voyait qu’il pouvait avoir des qualités pour ce sport » se remémore David Rigault, son entraîneur au sein du club tourangeau, qui l’avait repéré à l’époque. Depuis ce jour, Lilian Bardet n’a jamais quitté « sa deuxième maison » comme il appelle les locaux de la 4S, situés dans l’Espace Rabelais de la ville de Tours. Un espace entièrement dédié au tennis de table, qui affiche fièrement à l’entrée depuis quelques semaines l’image de Lilian Bardet.

A lire également sur Info Tours : La 4s Tours veut saisir la balle au bond

img_0259

Il faut dire que le Tourangeau y a rapidement progressé et confirmé les espoirs placés en lui. A 11 ans, le jeune Lilian jouait déjà contre des séniors dans des petites catégories tout en poursuivant son apprentissage et en commençant à rafler des titres dans les jeunes catégories. Des résultats qui lui permettent d’entrer au Pôle France à Tours à l’entrée en 6e, puis d’intégrer le Pôle France à Nantes par la suite, avant de rejoindre l’INSEP à partir de la seconde. L’INSEP, un lieu symbolique du sport français qui fait rêver beaucoup de sportifs de l’hexagone. Depuis deux ans, Lilian Bardet y poursuit donc ses études (il est actuellement en Première) en parallèle de sa carrière de sportif. « Au départ c’est assez impressionnant parce que c’est une vraie petite ville. On change de monde en y entrant, parce que c’est celui des équipes de France » raconte le pongiste.

L’apprentissage passe par la Pro B

Depuis, le quotidien de Lilan Bardet c’est un programme de sportif de haut niveau avec des horaires scolaires aménagés pour lui permettre de s’entraîner 25 à 30 heures par semaine, sans oublier les compétitions à côté et les trajets qui vont avec. Chaque semaine, il revient notamment au sein de la 4s avec qui le jeune homme participe cette année au championnat de France de Pro B par équipes. Un championnat que le Tourangeau a découvert cette année avec ses coéquipiers, après une belle montée acquise l’an dernier. Au sein du collectif tourangeau, le jeune pongiste y façonne un peu plus son jeu et ses émotions « Il y a un niveau d’écart par rapport à la Nationale 1, il y a une atmosphère vraiment différente à laquelle il a fallu s’habituer, ce n’était pas facile au début ».

Pourtant au sein « d’un projet bâti autour de lui et de sa progression » explique David Rigault, l’équipe tourangelle s’est rapidement mise dans le tempo, et le maintien assuré, vise désormais le haut du classement (le top 3 final) et occupe actuellement la 2e place provisoire. J’espère que nous pourrons jouer la montée l’an prochain et être en Pro A d’ici deux ans » explique Lilian Bardet. Pour construire ce projet, la 4s a fait venir des joueurs expérimentés à l’image d’un Michel Martinez, pour encadrer sa jeunesse. « J’apprends beaucoup aux côtés de joueurs comme Michel » précise Lilian Bardet, dont la retenue et la mesure des propos montrent un jeu sportif à la tête bien sur ses épaules. Un apprentissage qui se traduit par des résultats probants comme sa récente victoire contre le sino-espagnol, He Zhiwen, ancien ancien numéro 5 mondial, lors de la rencontre contre Miramas.

En individuel, après son titre de champion de France junior acquis hier, Lilian Bardet vise désormais les championnats d’Europe puis les Mondiaux Junior en 2018. Une étape supplémentaire dans son apprentissage, avant d’aller chercher les sommets chez les séniors.

Print Friendly, PDF & Email