A la uneReportage-Sport

Le corps et l’esprit du MMA Fight Club Gym

En 4 ans, le MMA Fight Club Gym s’est fait une place dans l’offre des sports de combats de l’agglomération tourangelle. Le club, créé par Florian Rousseau, ne cesse en effet de s’agrandir et d’élargir son offre de prestations, au point d’avoir du déménager pour des locaux plus spacieux l’an dernier, permettant d’accueillir les plus de 200 adhérents qui viennent ici chaque semaine pour se dépenser. Reportage.

PM1_0826

Il faut traverser la zone commerciale de Saint-Cyr-sur-Loire pour le trouver. Entre deux restaurants et de nombreux commerces, le bâtiment ne déteint pas avec les environs sous son ensemble de tôles.

À l’intérieur, c’est une tout autre histoire. Le visiteur est accueilli par un parquet sur lequel il faudra enlever ses chaussures. Sur le côté droit, se dresse un stand tandis que les vestiaires font face à l’entrée. Le côté gauche captera toute l’attention. Un tapis prend les trois quarts du gymnase. Des équipements sont disposés de part et d’autres de la salle tels que des appareils de musculation, un ring de boxe ainsi qu’une cage octogonale aux limites en cordes tressées. L’affluence est évidente. Une quarantaine de personnes occupent l’espace ce lundi, pour s’entrainer pour les deux cours du soir. Les participants s’affrontent, se protègent, ripostent dans une ambiance électrique. Bienvenue au MMA Fight Club Gym.

PM1_0753
PM1_0724

Chacun affronte un adversaire en fonction de son gabarit. Les combats font penser à une danse. Les combattants s’avancent, reculent, cherchent à trouver le bon moment. Un coup de pied part, l’adversaire se protège en repliant son bras avant de contre-attaquer. Du côté de la cage, c’est la même histoire, hormis que les participants possèdent des gants de boxe. De temps à autre la porte s’ouvre suite à l’onde de choc porté par les coups. Le pas des combattants sur le ring de boxe d’à côté résonnent dans toute la salle. Une quinzaine de personnes sont sur le tapis et s’entrainent à mains nues. On y trouve une diversité frappante. Des maigres aux plus costauds. Les cours sont mixtes et les participants combattent auprès des quelques participantes. Tout le monde y est logé à la même enseigne. De temps à autre les encouragements du coach, Greg, viennent se mêler aux bruits des coups. « Prenez votre temps, lisez bien ce que l’autre va faire. Anticipez ! ». Le combat continue par des mêlées au sol. Chacun essaie d’immobiliser son adversaire. Puis vient le dernier round avec son lot d’effort, de fatigue et de concentration. « C’est un bon moyen pour sortir de sa zone de confort confie un des participants en sueur. On travaille à la fois le physique et le mental, on a toujours la sensation d’être à fond ». Un avis que partage Joe, 17 ans qui en pratique depuis 11 ans «  À la base, c’était pour me canaliser, puis c’est devenu une passion. On apprend la maitrise de soi et une certaine manière de combattre ». Le dernier combat se termine, chacun relève son adversaire. La séance finit sur une série de pompes et d’abdos. Chacun des participants se quittent en se serrant la main.

PM1_0844

Un sport exigeant, physique et mental…

Le gymnase se remplit à nouveau pour le deuxième cours. Le ring et la cage cèdent la place aux lutteurs. La séance de MMA classique est remplacé par un réservé aux femmes. Très vite, les échauffements reprennent. Pas de concession par rapport à la session précédente. Les participantes commencent par trottiner, se portent le long du tapis en guise d’échauffement avant de combattre. Une routine qui convient parfaitement à Anaïs, 29 ans « J’en pratique depuis 2 ans, j’aime repousser mes limites. On apprend des valeurs comme le self-control et ça permet d’enlever le stress. »

Chaque lundi la situation se répète ainsi dans ce club privé, le seul du département à être entièrement consacré au MMA, comme Mixed Martial Arts (arts martiaux mixtes en français dans le texte).

Greg, l'un des coachs du MMA Fight Club Gym
Greg, l'un des coachs du MMA Fight Club Gym

Un sport qui comme son nom l’indique combine plusieurs sports de combats. Parmi les disciplines que l’on retrouve : la boxe anglaise, la boxe thaïlandaise, le Jujitsu brésilien, la lutte… Ce sport récent datant d’une vingtaine d’années connait depuis quelques temps une popularité grandissante à travers le monde. Aux Etats-Unis, véritable eldorado de ce sport, les combats dits UFC, catégorie reine de ce sport, attirent des milliers de spectateurs et ont une médiatisation internationale.

Au MMA Fight Club Gym, ils sont plus de 230 adhérents, un chiffre en hausse constante depuis son ouverture en 2015 par Florian Rousseau, qui montre que bien que non reconnu officiellement, le MMA séduit de plus en plus d’adeptes.

PM1_0693

La confiance en soi, comme élément clé.

Pour faire face à la demande, le MMA Fight Club a d’ailleurs déménagé l’an passé et s’est installé dans un nouveau complexe de 700 m². De quoi répondre aux différentes attentes. « Nous avons 80% de débutants chez nos adhérents » explique Florian Rousseau. « Beaucoup viennent pour l’aspect sportif mais aussi pour le bien-être, les deux étant indissociables » précise le fondateur du club. « Venir se dépenser ici, permet de se libérer du quotidien, d’évacuer les tensions que l’on a tous ». Pour Greg l’un des sept coachs du club, les séances de MMA permettent de « retrouver confiance en soi et d’extérioriser. C’est un sport exigeant mais qui fait relativiser dans la vie de tous les jours. »

Florian Rousseau, fondateur du MMA Fight Club Gym
Florian Rousseau, fondateur du MMA Fight Club Gym

Pour Laly, 23 ans qui cherchait un sport de combat, le MMA lui convient bien « J’avais des à priori au début. On peut penser que c’est un sport réservé aux hommes alors que c’est absolument faux ».

Au MMA Fight Club, tout le monde est ainsi le bienvenue et le club cherche justement cette ouverture à tous types de publics, en travaillant également l’aspect social que peut prendre ce type des disciplines. Au-delà des cours classiques à la salle, Florian Rousseau et ses collègues coachs interviennent ainsi auprès d’enfants handicapés, d’enfants en difficultés avec des troubles du comportement ou encore développent des cours de self-défense, notamment à destination des femmes mais aussi prodiguent des formations prévention de la violence. « Nous travaillons surtout sur la confiance en soi pour apprendre à se défendre en cas d’agressions, mais surtout pour apprendre à gérer ses émotions et à être plus lucides afin de prendre les bonnes décisions rapidement »

PM1_0852

Loin de l’image de combattants ensanglantés, le MMA est ainsi avant tout un sport global « mêlant le physique et l’esprit » précise Florian Rousseau. « Il n’y aucune animosité ici, au contraire il y a un aspect ludique et une notion de plaisir qui sont très importants ». Au MMA Fight Club, on travaille ainsi l’aspect sportif sous toutes ses formes, en privilégiant « l’humain avant tout et le bien-être de chacun ». Cela passe par des cours collectifs comme ceux du lundi soir, mais aussi par des cours particuliers, où l’on vient pour de la remise en forme, du renforcement musculaire, mais aussi pour travailler sur soi-même. « Nous faisons un accompagnement global sur la santé » explique Florian Rousseau en montrant la plaquette de prestations proposées : programme sportif, diététique, partenariat avec un masseur sportif, un kiné ou encore un naturopathe, le MMA Fight Club Gym propose un catalogue complet permettant de répondre à l’adage : « un esprit sain, dans un corps sain ».

Un degré en plus :

> Le site du MMA Fight Club Gym

Reportage : Damien Lohou / Mathieu Giua

Photos : Pascal Montagne

Print Friendly, PDF & Email