La Chorale Populaire de Tours : 130 voix amateures sur la scène de l’Opéra

Facebook
Twitter
Email

C’était un projet en préparation depuis des mois… Mardi soir, le Grand Théâtre accueillait le concert de fin d’année de la Chorale Populaire de Tours, dispositif inédit permettant à des anonymes de chanter devant 1 000 personnes pour la Fête de la Musique, après une formation aux côtés de professionnels de l’Opéra. Nous y étions.

Y’a d’la d’joie de Charles Trenet en ouverture… Et le même refrain pour refermer le spectacle 40 minutes plus tard. Deux fois la même chanson. Suffisant pour l’avoir en tête pour la soirée. Utile pour se rendre compte du talent réel de la Chorale Populaire de Tours. Face à nous, 130 hommes, femmes et enfants chantent ce classique avec un plaisir non dissimulé. Un groupe qui a répété les paroles et le rythme depuis des mois les mardis soirs et samedis matins, au sein d’ateliers accessibles gratuitement (et très prisés puisque 100 personnes n’ont pas pu s’y inscrire, faute de places disponibles).

L’idée est venu du directeur du Grand Théâtre Laurent Campellone, poussé par la mairie à trouver une manière de rendre le chant lyrique plus populaire. Avec son chef de chœur David Jackson ou Marie Saint-Martin, il a donc imaginé deux cours hebdomadaires pour développer la voix de celles et ceux qui ont un attrait pour le chant, sans forcément avoir osé franchir le pas de s’y mettre sérieusement voire de monter sur une scène.

Le résultat est bluffant, tant sur le tube de Trenet que sur les airs d’opéra en latin. La chorale chante dans toutes les langues ! Et si on aperçoit quelques feuilles sorties pour ne pas oublier les paroles, on les oublie vite pour se concentrer sur l’effet massif, rehaussé par la présence du chœur de l’Opéra sur quelques unes des cinq chansons présentées. « Je suis bluffé. Être obligé de s’accorder c’est difficile, mais c’est la plus belle chose qui soit » commente Laurent Campellone entre deux refrains.

C’était seulement la deuxième fois que la Chorale Populaire mettait le pied au Grand Théâtre dans le cadre de ses ateliers. A l’exception d’une session en début d’année, elle répétait dans des salles de Tours-Centre et Tours-Nord. Forcément, le décor impressionne. Et la présence d’un public fourni émeut. La famille, les copains… Tout le monde est venu assister à l’éclosion d’un projet qui transcende les générations, puisqu’on a aussi bien vu des écoliers qu’un couple marié depuis 40 ans. Des Tourangelles et Tourangeaux qui racontent être venus là pour se détendre, oublier les longues journées de boulot, faire sortir les émotions enfouies ou encore côtoyer les professionnels dont ils louent le positivisme et les facultés pédagogiques.

A l’issue de la représentation, Laurent Campellone a fait plusieurs annonces : face au succès du dispositif, 230 places seront disponibles à partir de septembre. En 2023, 35 autres places seront créées, spécialement pour les enfants. Parmi les projets : faire chanter la Chorale Populaire lors d’un spectacle avec l’orchestre symphonique, et les plus jeunes au cours d’un opéra pensé pour le jeune public.

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !