L'actualité Tourangelle à la bonne température
A la unePolitique

Conseil Municipal de Tours : Christophe Bouchet prend ses marques

Ce lundi 13 novembre se tenait le Conseil Municipal de Tours. Un conseil particulier, puisque le premier du nouveau maire de Tours : Christophe Bouchet.

Peu avant 17h, les élus arrivent au compte goutte dans la salle du conseil de l’Hôtel de Ville de Tours. Beaucoup cherchent leur place. Remaniements internes obligent, les places au sein de la table du Conseil ont été modifiées. Au jeu des changements, l’opposition dans son ensemble a changé de côté. Exit les places près des tables de presse, les élus de l’opposition sont désormais à l’opposé. Une façon de les empêcher de discuter de trop près avec les journalistes pendant le conseil avancent certains membres du groupe « Tours à gauche ». Un détail mais un symbole néanmoins. Tours a un nouveau maire et avec lui des changements s’opèrent forcément.

Successeur de Serge Babary, Christophe Bouchet s’est placé dans la lignée de son prédécesseur. Jouant la carte de la fidélité envers celui qui a conduit la droite à la victoire en 2014, le nouvel homme fort de la ville de Tours, joue la carte collective puisqu’élu sur la même liste et sur le même programme. Mais les différences entre les deux hommes avec leur vision, mais aussi leurs ambitions et leur propre personnalité se font déjà jour.

Des groupes de travail ouverts à l’opposition ?

Au cours de ce premier conseil avec à sa tête Christophe Bouchet, les débats restent agités entre opposition et majorité, avec leur lot de postures et de jeu d’attaque défense. Rien de nouveau sous le soleil donc… Sauf que celui qui préside ces débats a changé. Et si Serge Babary pouvait se montrer rapidement agacé par les remarques de l’opposition, on note rapidement un changement de ton avec Christophe Bouchet qui se veut pour le moment plus consensuel en public et qui répond calmement aux critiques formulées, n’hésitant pas même à se montrer d’accord avec certaines remarques.

A plusieurs reprises, que ce soit sur le haut de la rue Nationale, dont le chantier est pour l’instant à l’arrêt suite au dépôt de recours judico-administratifs, ou encore la deuxième ligne de tramway pour laquelle les élus de Tours devront se positionner rapidement sur leur préférence de tracé (par le boulevard Royer ou Béranger?), Christophe Bouchet répond ouvertement, sur ses préférences personnelles, sa vision des choses, et propose des groupes de travail ouverts à l’opposition.

« Une ambiance apaisée » comme le fera remarquer l’élu proche En Marche, Pierre Commandeur, qui n’empêche pas quelques agacements pour le nouveau maire comme sur la multiplication des prises de paroles par groupe sur les délibérations.

Pour le reste, Christophe Bouchet a déjà laissé entrevoir des morceaux de sa méthode de travail avec quelques nouveautés comme la mise en place de groupes projets autours des grands dossiers. Des groupes de pilotages entre services et élus gérés par un adjoint, à l’instar de celui sur la deuxième ligne de tramway piloté par Olivier Lebreton.

Autre changement notable dans la communication avec un nouveau maire qui se montre ouvert. Pas question pour lui de s’enfermer, il faut au contraire parler, expliquer, répéter les choses s’il le faut… Faut-il y voir une volonté de transparence et d’ouverture ou une simple com’ bien gérée ? Quoiqu’il en soit, la méthode a permis à Christophe Bouchet de s’installer dans le fauteuil de maire et en quelques semaines de s’y forger une légitimité en interne. Une légitimité qu’il faudra consolider désormais auprès de la population et cela ne pourra que passer par les résultats de la politique menée…