Signes des Temps #111 Vacances d’été : Ménage à trois sur la côte atlantique

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

20170826_175330

Ah les amours estivales ! Qu’y a-t-il de plus beau ? Eté, saison de tous les possibles, oubli de la réalité, love, love, love ! Entre parenthèses la haine, les insultes, les coups de klaxons, les doigts d’honneur, les queues de poisson, les bastons aux feux rouges ! Les rêves les plus fous deviennent soudain à portée de main et on se dit qu’en septembre, en rentrant, le monde dans lequel on vit ne sera plus jamais le même…

Cette vision miraculeuse sur le bitume d’une station balnéaire de Loire Atlantique nous a mis la larme à l’œil, à tel point qu’il a fallu s’asseoir pour s’en remettre avant de pouvoir prendre la photo. Oui ! A la rentrée, en Touraine comme ailleurs, les cyclistes, les piétons et les automobilistes vont pouvoir enfin cohabiter !

Assommé par la chaleur accablante de cette après-midi d’août, j’ai eu des visions de camaraderie, j’ai vu des autocollants «I love cyclistes» sur les plages arrière de voitures tourangelles roulant à 30km/h, des T-shirts «Piétons are supercool» sur le dos de cyclistes qui respectaient le code de la route, des piétons souriants qui regardaient avant de traverser sur des passages piéton et qui s’arrêtaient alors qu’une voiture et un vélo arrivaient ; tout ce beau petit monde se saluant, rayonnant de bonheur et d’altruisme gratuit généralisé.

Et puis l’impensable surgit dans mes visions prémonitoires : de véritables câlineries géantes sur les trottoirs de Tours mélangeant des représentants de ces trois races d’individus qu’on croyait irréconciliables ! Des gens qui pleuraient en secouant la tête et en répétant «quand je pense que pendant des années, j’ai cru que vous étiez des fils de pute, vous, les cyclistes, alors que vous êtes trop gentils !», «moi qui croyais qu’un automobiliste était forcément un gros connard, quelle erreur de jugement ! Viens que je te roule une pelle !», «Ah si on m’avait dit un jour que je ferais l’amour avec un piéton, alors que dans ma famille ils sont haïs depuis trois générations !».

J’ai même vu des gens pratiquer l’onanisme car ils changeaient régulièrement de mode de transport dans une même journée.

C’est vraiment trop chouette, les vacances.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Ouvrir la galerie photo