La statue de Saint-Martin installée dans la cour de l’Hôtel de Ville

La statue de Saint-Martin descendue du dôme de la basilique éponyme l’an passé, a pris place depuis cette nuit dans la cour de l’Hôtel de Ville de Tours. Pour quelques jours (jusqu’au 15 mars) et dans le cadre du lancement de la souscription publique pour les travaux de rénovation de la basilique qui débutera officiellement le 10 mars, les Tourangeaux pourront voir de près cet édifice de 4,25 mètres et de 2,4 tonnes.

IMG_0364

Depuis quelques jours, la mairie de Tours avait envoyé à la presse et sur les réseaux sociaux une invitation « mystérieuse » appelant à découvrir LE symbole de Tours, pouvait-on lire.

Devant une cinquantaine de curieux, le maire de Tours, Serge Babary, a levé le voile sur ce mystère ce matin. Derrière lui, posée là, la statue de Saint-Martin encadrée de deux panneaux sur la souscription publique. La présence de la statue ne doit rien au hasard, la mairie de Tours boostant depuis quelques jours sa communication sur la souscription publique des travaux de rénovation de la basilique qui sera lancée à partir du 10 mars. L’objectif affiché par le maire de Tours : récolter par ce biais environ 200 000 euros, sur les 1,7 millions nécessaires aux travaux. Le reste, il faudra alors le trouver du côté des collectivités publiques : la ville, Tour(s) Plus, le département, la région mais aussi l’Etat et l’Union Européenne.

IMG_0376

Une somme à trouver rapidement pour engager les travaux sans tarder, le souhait étant que la statue ait retrouvé sa place sur le dôme de la basilique construite par Victor Laloux, le 11 novembre 2016, pour le lancement des festivités autour du 1700e anniversaire de la naissance de Saint-Martin.

Pour le maire de Tours, aucun doute que les Tourangeaux seront sensibles à cet appel, tant la basilique revêt une importance patrimoniale, liée à l’histoire de la ville, mais aussi un patrimoine national.

Pour réussir, rien ne sera laissé au hasard et d’ici novembre 2016, la place de Saint-Martin prendra sûrement une importance de plus en plus grande dans la communication municipale. A cette date, auront lieu en effet les festivités autour du 1700e anniversaire de la naissance de Saint-Martin et la ville entend bien profiter de cet évènement pour rendre possible la rénovation de la basilique mais aussi pour faire parler de Tours à l’extérieur dans le cadre de sa politique de rayonnement.

Un plan com’ sémantiquement choisi :

  • La notion de partage :

IMG_0367

On comprend aisément à la lecture du slogan « Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui ont inventé le partage » que la mairie entend mener une communication active sur les réseaux sociaux. Le terme partage décrit par Serge Babary comme une symbolique « moderne et d’actualité » est précisément choisi bien entendu en référence à l’histoire de Martin et du partage de son manteau avec un nécessiteux. Il invite également les Tourangeaux à partager « l’évènement » autour d’eux sur les réseaux sociaux et dans leur quotidien. Enfin, il incite clairement la population à partager un peu d’argent pour la rénovation. Une incitation qui était déjà visible dans la ville sur des affiches 4 par 3 et qui prendra une autre dimension dès le 10 mars.

  • LE symbole de la ville :

La mairie n’hésite pas non plus à faire de Saint-Martin, LE symbole (en majuscules dans le texte) de la ville de Tours. Un élément de langage qui doit ancrer auprès de la population un caractère exceptionnel et unique de cette rénovation en espérant qu’ils se l’approprient. Pourtant si Saint-Martin n’en reste pas moins un personnage historique majeur de la ville, que la basilique en est un des monuments patrimoniaux importants et que l’ensemble constitue bel et bien UN symbole fort de la ville, il l’est cependant au même titre que la cathédrale Saint-Gatien, la Loire, la place Plumereau ou d’autres encore…

IMG_0369

Et la laïcité alors ?

Déjà, depuis ce matin, certains s’interrogent sur le respect de la laïcité dans cette opération municipale. Comme Christophe Bouchet nous le disait  il y a quelques mois, la mairie fait attention à garder un caractère historique en lien avec le passé de la ville et non un caractère religieux. Pour un personnage tel que Saint-Martin, où légende, histoire et religion s’entremêlent la chose n’est pas toujours aisée. D’autant plus que pour réussir la souscription, la mairie compte évidemment et également sur la générosité de la communauté chrétienne, pour sauver ce qui est également un de leur patrimoine. Il faut dire que Saint-Martin, l’apôtre des Gaules est certainement LE symbole des chrétiens tourangeaux.

Ouvrir la galerie photo

IMG_0366IMG_0376IMG_0369IMG_0367IMG_0364